Mélomanie

Mélomanie, le forum où vous pouvez parler de musique !
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Interview de Louis Chedid

Aller en bas 
AuteurMessage
[lu-M-os]*
Ad-M-in
avatar

Nombre de messages : 139
Date d'inscription : 26/12/2006

MessageSujet: Interview de Louis Chedid   Mar 30 Jan - 22:38

Comment s’est opéré le passage de l’album à la scène ?
Au moment de l’enregistrement du disque, beaucoup d’artistes, déjà, me suggéraient de se retrouver sur scène le temps d’un concert exceptionnel. L’idée me semblait formidable mais… impossible !
Réunir tout le monde était un pari fou. Et puis, trouver une salle parisienne — alors que les dates sont généralement bloquées deux ans en amont — n’allait pas être évident.

Pourquoi le Grand Rex ?
C’est drôle mais le Grand Rex incarnait pour moi la salle idéale. Un ciel étoilé, un décor magique… Personnellement, cette salle évoque aussi l’enfance. Petit, j’y allais souvent voir des films. Comme — coup de chance inouï —, le Grand Rex était disponible le 12 novembre, peu de temps après la sortie de l’album, j’ai pris mon courage à deux mains, surmonté ma timidité et décroché mon téléphone pour appeler les artistes. Tout le monde a dit oui.

L’idée de la captation est-elle venue en même temps ?
Après. Le spectacle a été annoncé dès septembre par le biais d’une petite campagne d’affichage sur des colonnes Morris. En deux jours, il n’y avait plus une place… Le public était frustré. Nous aussi. Pourquoi, alors, ne pas faire partager ce concert à de nombreux téléspectateurs, tout en gardant une trace de l’événement. C’est France 2 qui est venue à nous. Nicolas Pernikoff, le directeur des divertissements, était tombé amoureux du disque…

Etait-il important pour vous de collaborer avec une chaîne du service public ?
Oui. D’autant plus que la politique de France 2 est de promouvoir la création musicale. Nous avons travaillé main dans la main en toute harmonie. Vous savez, télévision et musique sont parfois antinomiques. Mettre des caméras sur scène n’est pas toujours évident. France 2 s’est vraiment adaptée à nos contraintes. Il était essentiel que les spectateurs ne pâtissent pas de la présence des caméras. Cela aurait été injuste et malhonnête.

Le jour J, l’excitation devait être à son comble...
Surtout quand on se dit toujours que l’on ne sera jamais prêt, que ce sera nullissime ! Il y avait tant de paramètres pour que l’on se plante… Mais l’énergie était telle, l’esprit de camaraderie si présent que chacun s’est défoncé. Artistes, techniciens, 150 personnes au total, ont tout donné. Je le dis haut et fort : ce que l’on a fait, c’est un exploit !

Vous avez suivi le montage de très près. lors des répétitions, avez-vous aussi joué le rôle de metteur en scène ?
Oui, mais certainement pas par mégalomanie. Je baigne dans Le Soldat Rose depuis les prémices du projet. Et je souhaitais vraiment que le spectacle — tout comme le montage d’ailleurs— reflète l’univers que l’on avait créé. Et puis, nous n’avions que deux jours de répétition. Il fallait donc tout boucler en amont (décors, timing) et aller à l’essentiel. Les artistes devaient me faire confiance. Mais précisons que ces grands habitués de la scène n’ont eu aucun mal à se glisser dans leur costume et à s’approprier physiquement leur personnage. Tous ont joué, avec talent et bonheur, un vrai rôle de composition.

Vous vous êtes une nouvelle fois retrouvé sur scène avec votre fils…
Entre nous réside une vraie complicité artistique. Nous nous étions déjà retrouvés sur scène lors de divers festivals, comme celui des “Vieilles Charrues”. Matthieu est un artiste incroyable. Et j’étais fier et heureux de le compter parmi nous sur ce projet.

Que se passait-il en coulisses lors de la représentation ?
Nous étions tous ensemble, en bas, en train de suivre le spectacle sur un écran de contrôle. Chaque artiste qui sortait de scène avait droit à sa dose d’applaudissements et d’encouragement.
L’ambiance était très bon enfant. J’ai vécu ce moment comme une sorte de malstrom, sans avoir eu le temps d’analyser quoi que ce soit. Il fallait être efficace, veiller à ce que tout le monde soit content et me concentrer aussi sur ma panthère noire en peluche !

Avez-vous eu des retours de la part des enfants ?
Oui, et ils sont très positifs. C’est étonnant. Comme nous ne sommes pas des gens de marketing, aucune cible n’avait préalablement été étudiée au moment de la confection du disque. L’inconnu total ! Seule ma petite fille semblait l’apprécier puisqu’elle écoutait les
maquettes en boucle ! Le disque allait-il plaire aux enfants ? Maintenant qu’il est sorti, je sais qu’eux aussi l’écoutent en boucle. Leurs parents ont été séduits également. C’était tout ce que l’on pouvait espérer…

_________________

[rendez-vous à Belleville...]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Interview de Louis Chedid
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» louis chedid voilà pourquoi
» Combien ? Louis Chedid
» Une interview de Jean Raspail
» VOILA LE PATRON DE MICHELLE PIERRE-LOUIS
» AN EXCLUSIVE INTERVIEW WITH MARIE FLORE LINDOR-LATORTUE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mélomanie :: styles de musique :: Chanson Française :: Le Soldat Rose-
Sauter vers: